Textes

 

Présentation

 

Mon travail est fait de déplacements et de retours successifs vers les zones de basculement, paysages, paysages nocturnes, urbains, dont le souvenir m'habite. Elles autorisent une relation permanente ou l'obsession prévaut, presque avide, dans la mesure ou peut se construire, en point d'équilibre, l'infrangibilité d'une image intérieure. A la frontière domine alors, de manière anachronique, ce qui ne peut être brisé, la machine autobiographique s'installe, impérieuse, le flot obsessionnel entraine tout sur son passage. La maitrise impose de faire le tri. Le choix devient évident, logique. S'ensuit la reconnaissance de savoir que le paysage peut être ce champ illimité, cet espace intérieur ou viennent s'ordonner les forces les plus confuses, les formes les plus libres. Du coup, le monde, mélange de réalité et de son essence, poétique mise en oeuvre, fait écho...